Énergies  renouvelables : l’agriculture peut faire davantage

Énergies  renouvelables : l’agriculture peut faire davantage

Dans le domaine de la production d’énergie renouvelable, l’agriculture se révèle au fil des années comme l’un des bons élèves. Cependant, le secteur agricole peut mieux en la matière à en croire un rapport parlementaire intitulé ” L’agriculture face au défi de la production d’énergie”. Publié cet été, celui-ci dresse le bilan du monde agricole concernant les énergies renouvelables et dévoile les perspectives.

Une nette progression de l’univers agricole ces dernières années

S’il a figuré pendant de nombreuses années sur la liste des pollueurs, le monde agricole se défait progressivement de cette image néfaste. Un rapport du Haut Conseil pour le Climat en 2019 avait établi la stabilité des émissions de gaz à effet de serre du secteur sur la période allant de 2015 à 2018. Baptisé « L’agriculture face au défi de la production d’énergie », le dernier rapport porté par le sénateur Roland Courteau et le député Jean-Luc Fugit fournit de nouveaux éléments qui confirment cette évolution positive.

Selon ce document, La consommation d’énergie finale dans le domaine agricole demeure stable et estimée à environ 4,5 Mtep. Ce qui représente 3% du bilan national. Concernant la production d’énergie renouvelable du secteur, elle est évaluée à 20% de toute la production française, soit l’équivalent de 396 GWh. En accentuant les efforts, les rapporteurs pensent que l’atteinte d’un équilibre du bilan carbone dans le monde agricole est possible.

La méthanisation en retard

Selon les données de l’Ademe, on dénombre plus de 50 0000 exploitations qui interviennent dans la production d’énergie renouvelable. L’agence constate toutefois une inégalité criarde entre celles-ci en fonction des technologies employées. Bien qu’elles produisent 83% de l’énergie éolienne, la contribution des fermes françaises tourne autour de 26% pour la production du biogaz et de 13% pour la production photovoltaïque. Pour les rapporteurs, la valorisation de la biomasse et le secteurs des des bioénergies ont le plus important potentiel de développement.

Pour eux, la méthanisation se présente comme la production d’énergie renouvelable la plus complémentaire de l’activité agricole. Cette méthode a l’avantage de réduire les risques de conflits d’usage. Pourtant, ils ne sont que 600 méthaniseurs dans les campagnes de France. Un chiffre largement inférieur aux objectifs fixés par le plan Énergie Méthanisation Autonomie Azote qui campait sur un nombre de 1 000 méthaniseurs à l’horizon 2020.

Une nécessaire réorientation des politiques publiques

Les auteurs de ce rapport sur l’agriculture n’ont pas fait que dresser le bilan de ce secteur dans le domaine de la production d’énergie renouvelable. Ils proposent des solutions pour remédier à la situation en préconisant une revue à la hausse les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie en matière de biogaz. Les rapporteurs plaident également en faveur du raccordement des installations existantes au réseau national de gaz.

Ils n’omettent pas en outre le volet production solaire en demandant qu’une réflexion soit menée sur l’orientation donnée aux dispositifs de soutien aux EnR. Les institutions à l’origine de ce rapport entendent ainsi assurer un suivi plus efficace du plan de marche de l’Ademe. Celui-ci prévoyant de multiplier par 3 la production de renouvelable dans le secteur agricole d’ici 2050.