Pas de formation de bois pour les arbres en cas de manque d’eau

Pas de formation de bois pour les arbres en cas de manque d’eau

Les arbres ne formeraient pas de bois en l’absence d’eau. C’est qui vient de prouver une étude conduite par les chercheurs du WSL (institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage).

Les conclusions de cette enquête seraient très utiles en termes de prévision du développement du bois dans un contexte de changement climatique général.

Une étude révélatrice des facteurs de la formation du bois par les arbres

Les scientifiques du WSL ont découvert que les conifères arrêtent leur formation de bois en cas de manque d’eau. Ces expérimentations ont également prouvé que le carbone n’était pas à l’origine de cet arrêt de croissance du bois de cette espèce d’arbre. Avec ces travaux, on sait désormais que la présence de l’eau constitue un paramètre déterminant dans le développement des troncs, des branches et des racines des conifères, et donc des arbres plus globalement. Tout comme le carbone, la pression de l’eau dans le tronc est un facteur essentiel de la croissance des arbres.

Ces chercheurs découvrent que les arbres ne forment du bois dans leur couche de croissance qu’à une seule condition : une forte pression de l’eau. Lorsque celle-ci n’est pas élevée, il est impossible qu’il y ait une fabrication de cellules de bois, même si un élément comme le carbone est abondant. Ces résultats bénéfiques pour la reforestation après sept années de travail assidu sur l’évolution des épicéas et des mélèzes dans le Lötschental, plus précisément à Ferden.

À partir des placettes installées sur les pentes sud très ensoleillées et sur les pentes nord ombragées, les chercheurs du WSL continuent d’effectuer des mesures. Celles-ci concernent la température de l’eau, les précipitations ou encore la quantité d’eau évapo-transpirée par les arbres. On peut également ajouter les données relatives au sol qui ont été également mesurées par ce groupe de scientifiques.

L’impact du réchauffement climatique sur la croissance du bois dévoilé

À travers leur étude, les chercheurs du WSL mettent en exergue les effets du réchauffement climatique global sur la croissance du bois. Ce qui est une première en la matière avec de précédentes expérimentations ayant mis un accent sur le rôle du carbone dans le processus de photosynthèse. Grâce à ces travaux, on sait dorénavant qu’il faut accorder une attention toute particulière à l’eau réservée aux arbres et la pression de celle-ci dans le bois. Cela dit, des étés plus secs auront des conséquences néfastes sur la pression de l’eau et par voie de conséquence sur le développement des troncs d’arbres.

Dans ces conditions, une revue à la baisse des prévisions de croissance du bois dans les forêts serait donc logique. Il convient de souligner par ailleurs que des scientifiques des États-Unis, de France, Belgique et d’Espagne ont contribué à ces travaux. Ceux-ci font l’objet d’une publication dans le New Phytologist.